Quelques précisions sur la PSR

Quelques précisions sur la PSR

La proposition subordonnée relative avec Katherine Damboise
Blanchette et Caramel, qui gardent le château, sont deux lapines naines.

Nous avons déjà abordé la proposition subordonnée relative, dans la séance S13 de la méthode de grammaire Katherine Damboise.

C'est par cela qu'il faut commencer, avant tout !

Nous en avons reparlé, de manière plus approfondie, dans deux cours destinés aux professeurs ou candidats au CRPE...


3. Voyons maintenant quelques précisions supplémentaires concernant la proposition subordonnée relative :

  • A propos de sa fonction : nous avons vu que la proposition subordonnée relative est une expansion du nom ou du pronom. Elle est introduite par un pronom relatif et a pour fonction : "complément de l'antécédent", ce qui correspond à la terminologie grammaticale traditionnelle. Aujourd'hui, on parle plus volontiers de fonction d'épithète liée ou de celle d'épithète détachée (on dit alors que la PSR est "apposée"). Exemple : Les lapines, que j'ai offertes à mon fils, sont très douces.                                                                                                         Que j'ai offertes à mon fils est une PSR, apposée (épithète détachée), séparée de l'antécédent "lapines" par une virgule.
  • A propos du sens de la PSR : on dit que la PSR est "déterminative" (ou aussi : "restrictive" ; "déterminante") si elle est indispensable au sens de la phrase. Dans ce cas, on ne la sépare pas de l'antécédent par des virgules. Elle a obligatoirement la fonction "épithète liée" de l'antécédent. Exemple : "Blanchette qui a mangé la carotte n'a plus voulu que cet aliment."
  • Toujours au niveau de la signification de la phrase : on dit que la PSR est "explicative" (ou "non restrictive") si elle ne donne qu'une explication supprimable, car non indispensable au sens de la phrase. Exemple : "Caramel, que je nourris chaque matin, n'est pas très gourmande." Ici, la PSR doit être entre virgules et avoir pour fonction : "apposée" ("épithète détachée") par rapport à l'antécédent "Caramel".
  • A propos de la fonction du pronom relatif : il peut être sujet, COD, complément du nom, complément de l'adjectif, complément circonstanciel, complément d'agent. Pour trouver sa fonction exacte, il suffit de remplacer le pronom relatif par l'antécédent. Il remplit la même fonction !

Concordance des temps dans la PSR :

De manière générale, on utilisera les modes indicatif, conditionnel ou infinitif, sans se poser trop de questions.

 

Toutefois, il est bon de savoir que l'utilisation du mode subjonctif s'impose parfois dans la PSR. Notamment :

  • Pour exprimer un souhait, un désir,  un fait virtuel, un but à atteindre, une intention. Exemple : Je veux un lapin qui ait de longues oreilles grises. On peut utiliser aussi le mode du réel, l'indicatif, mais, attention : cela signifiera que ce lapin existe bien. Il suffit de l'acheter. Je veux un lapin qui a de grandes oreilles.
  • Après un superlatif ou une expression telle que : le premier, le dernier, le seul... Exemple : La meilleure lapine que tu puisses espérer est Blanchette.


Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    florisse (jeudi, 16 mars 2017 09:45)

    Merci pour ces précisions.

  • #2

    Sonia (lundi, 03 avril 2017 19:48)

    Mille merci bcp pr ces cours et de nous aider à mieux comprendre

  • #3

    Béatrice (mardi, 04 avril 2017 09:40)

    Merci pour ta méthode qui m'a beaucoup beaucoup aidé! Petite question : on ne dit pas que la relative est sujet du verbe? Merci!