Classer verbes et phrases

Classer verbes et phrases

Mes chats et la grammaire Tous droits réservés Katherine Damboise
Mes chats s'entendent bien... (verbe à la forme pronominale)

Pour aller plus loin, après la séance S50

 Je vous conseille de réviser les bases, très facilement, en utilisant ma méthode de grammaire, de la séance 1 à la séance 50

Si vous êtes candidats au CRPE, ou déjà enseignants, cet article va vous permettre d'aller plus loin...


1. Classer les verbes

Traditionnellement, nous classons les verbes en trois groupes, ainsi que nous l'avons vu dans la séance S17. C'est, du reste, ce classement que j'utilise car il me semble simple et bien suffisant pour un usage ordinaire.

  • Toutefois, la grammaire moderne, dès la fin des années soixante, a proposé d'autres classements possibles, qui vont de deux à huit "classes" (ou"groupes"), en tenant compte de l'infinitif, mais aussi du nombre de bases qui interviennent dans la conjugaison. Ce qu'on appelle "base" est le radical, parfois élargi. Ce n'est pas la terminaison (appelée "désinence").
  • Peu à peu, des pédagogues, tels qu'Évelyne Charmeux, ont émis des objections sur la pertinence de ces classements pour un usage en classe.   Évidemment ! Aussi, ont-ils préféré classer les verbes selon le critère des R.E. (les Radicaux Écrits). Je vous laisse lire l'argumentaire de la nouvelle classification en huit groupes, et en découvrir la liste (boutons noirs, ci-dessous).
  • Personnellement, jamais je ne me lancerais dans de telles investigations intellectuelles avec des élèves. Ils ne sont pas des linguistes ! Vous-même, vous risquez de vous y perdre, comme en témoignent les corrigés du CRPE que je vous joins, ci-dessous : il s'agit d'une analyse de pratique pédagogique. Or, les élèves n'ont rien réussi à déduire par eux-mêmes, et l'enseignante a dû, finalement, les inciter à rechercher les réponses dans un ouvrage de conjugaison. Erreurs manifestes dans la conduite de classe  et dans les choix pédagogiques... 
  • Conclusion : pensez avant tout à préserver le plaisir des élèves ! Or le plaisir provient de la facilité et de la rapidité des acquisitions, pour la plupart des jeunes. Ne les dégoûtons pas de la grammaire et de la linguistique : amenons-les-y très progressivement.

 


Télécharger
Annales (voir la 4e partie)
CRPE_EXT_Francais_2015.pdf
Document Adobe Acrobat 200.5 KB
Télécharger
CORRIGÉS (voir la 4e partie)
corrige_CRPE_EXT_Francais_2015.pdf
Document Adobe Acrobat 150.0 KB

5. Définir le verbe

  • On le nomme par son infinitif, que l'on trouve en employant une formule telle que "il faut..." 
  • Lorsqu'il est conjugué, ses formes verbales varient selon les personnes de conjugaison, le nombre, le genre, le temps, le mode, la voix active ou passive,  la forme pronominale ou non, les règles d'accord du participe passé (dans les temps composés).
  • On identifie un verbe conjugué, en utilisant la forme "il faut...", mais aussi en modifiant le temps ou le mode, ou en encadrant le verbe par une locution négative (qui n'encadre que l'auxiliaire dans les temps composés).     Ex : Il n'est pas venu.                           Il ne viendra pas.
  • Le verbe est formé d'une base : un ou plusieurs radicaux (qui peuvent prendre de multiples formes) et d'une désinence (terminaison). Il se conjugue dans des temps simples, ou composés et peut utiliser des verbes auxiliaires. Il peut également se présenter sous la forme d'une locution verbale (avoir besoin, avoir envie, tenir tête, etc.).
  • Un verbe peut être dit "d'action" ou "d'état" (attributif).
  • On parle de "verbe copule" lorsqu'il joint l'attribut au sujet.                      Ex : Le chat demeure vif.          Il est né vaillant.
  • Certains verbes sont dits "impersonnels" car ils ne se conjuguent qu'à la 3e personne du singulier.                    Ex : Il fait beau. Il faut travailler pour vivre. Il pleut fort. Il nous est arrivé une aventure. Il s'agit de mon chat.
  • On note aussi des cas fonctionnant comme des "présentatifs" : Il y a ;  c'est ; il est...

2. Verbes transitifs ou intransitifs

Dès la S1, nous avons remarqué l'existence de v.t et de v.i : les verbes transitifs et les verbes intransitifs. On pourrait évidemment penser que tout verbe est soit l'un, soit l'autre... Eh bien, ce n'est pas si simple !

  • En effet, un verbe est dit "transitif" s'il admet un complément d'objet (COD ou COI). Toutefois, il peut l'admettre ("l'appeler", plus exactement) sans l'imposer : il arrive qu'un verbe transitif se construise parfois sans complément d'objet. C'est le cas du verbe "manger".               Ex 1 : Je mange !   Ex 2 : Je mange de la tarte.           Le sens du verbe n'est pas exactement semblable dans les deux phrases, mais "manger" demeure un verbe transitif, une fois pour toute...
  • Parmi les verbes transitifs, on distingue "les transitifs directs", qui sont suivis d'un COD (Complément d'Objet Direct), et les "transitifs indirects", suivis d'un COI (présence d'une préposition).   Ex 3 : Ce chat obéit à sa maîtresse.         Ex 4 : Souviens-toi d'elle !
  • Les verbes intransitifs excluent tout complément d'objet. Les grammairiens y mêlent généralement les verbes attributifs (verbes d'état).      Ex 5 : Nous sommes fatigués.                  Ex 6 : Le chaton devient rusé.

5. Les modes verbaux

Le mode est une manière de concevoir et de présenter l'action exprimée par le verbe.

  • On distingue 4 modes personnels, dans la grammaire traditionnelle : l'indicatif (action réelle), l'impératif (action sous forme d'ordre, d'exhortation, de prière), le subjonctif (action simplement envisagée dans la pensée ou avec un sentiment tel que le désir, le souhait, la volonté).                  Le conditionnel (action éventuelle ou dépendant d'une condition) est, quant à lui, généralement intégré à l'indicatif, dans la grammaire moderne, pour des raisons morphosyntaxiques et sémantiques.
  • On distingue 3 modes impersonnels, qui ne varient pas en fonction des personnes grammaticales ou du nombre : l'infinitif (forme nominale du verbe), le participe (forme adjective du verbe, exprimant l'action comme un adjectif), le gérondif (participe présent précédé de "en" ; forme adverbiale du verbe exprimant une simultanéité par rapport au verbe de la proposition principale.                  Ex : En dormant suffisamment, vous serez en forme.)

4. Formes des phrases (suite) : la forme pronominale

Les verbes pronominaux sont ceux qui sont précédés du pronom "se" à l'infinitif.                         Ex 1 : Il faut se laver les mains souvent.

Lorsqu'on les conjugue, ils sont précédés des pronoms personnels : me, te, se, nous, vous, se, qui renvoient aux mêmes êtres ou objets que le sujet. Ils sont donc "coréférentiels" au syntagme nominal sujet.   Ex 2 : Je me lave (= "je lave moi"), tu te laves (= "tu laves toi"), etc.

Ces pronoms ont la fonction de complément d'objet du verbe. On les appelle "pronoms réfléchis". 

Au niveau du sens, on distingue : 

  1. Un sens réfléchi, que nous venons de voir. 
  2. Un sens réciproque. Ex : Les chatons se chamaillent. (l'un l'autre)
  3. Un pronom sans fonction logique, qui n'a pas la fonction COD, ni COI ; il ne s'analyse pas (s'en aller, s'écrier, s'endormir, se douter de, s'évanouir, se taire, se moquer, s'enfuir, se repentir, etc.)       Ex : Je m'aperçois que le chat dort.
  4. Un sens passif.           Ex : Les goûters se prennent à seize heures. 

Revoir l'accord du participe passé, dans des tournures pronominales...



Merci d'avance pour vos commentaires, ici et sur YouTube !

3. Formes des phrases : active ou passive

Dans la séance S50, vous avez travaillé la voix active et la voix passive. On parle aussi de : "phrase de forme active ou passive". 

  • À la voix active, nous avons vu que le sujet fait l'action.      Ex 1 : le chat attrape la balle. (C'est le chat qui attrape la balle. Il attrape la balle).      
  • À la voix passive, le sujet ne fait pas l'action : il la subit.   Ex 2 : La balle est attrapée par le chat.                           C'est la balle qui est attrapée par le chat. Elle est attrapée. Sujet de "est attrapée" : la balle.                           "par le chat" a pour fonction complément d'agent car c'est lui qui fait l'action, qui attrape.
  • Nous remarquons qu'il est possible de passer d'une voix active à la voix passive, en accomplissant une sorte d'échange en croix : le sujet devient complément d'agent, et le COD devient le sujet.
  • La plupart des verbes transitifs directs peuvent être mis à la voix passive.                   Ex 3 : attrape devient est attrapée. C'est toujours au présent, mais dans la phrase passive, le temps est donné juste à l'auxiliaire, puis on rajoute le participe passé du verbe (attrapée). Attention à l'accord.
  • Toutefois, de rares verbes transitifs indirects peuvent aussi permettre une voix passive.              Ex 4 : Il est pardonné de son ami. (complément d'agent : "de son ami" = "par son ami")                           Ex 5 : Il veut être obéi de son chien. (complément d'agent : "de son chien") 
  • À l'inverse, plusieurs verbes transitifs directs ne peuvent jamais être mis à la voix passive.                      Ex 6 : Ils ont des chats superbes. (Impossible de transposer à la voix passive).
  • Certains verbes intransitifs peuvent avoir un passif impersonnel.              Ex 7 : Il en sera discuté.
  • Attention : parfois, le complément d'agent n'est pas précisé, dans des formes passives !      Ex 8 : La porte est fermée. (par quelqu'un)
  • La voix passive a un rôle discursif. Il permet parfois de ne pas citer l'identité d'une personne,  ou de faire porter l'attention sur l'information essentielle.                  Ex 9 : La balle a été retrouvée.
  • Des formes peuvent être comparées au passif, telles que les formes pronominales dites "de sens passif".       Ex 10 : Le chien doit se faire sortir fréquemment.            Ex 11 : Je me suis laissé tenter.
  • Par contre, on ne peut pas mettre un verbe pronominal à une voix réellement passive.                     
  • À noter : dans les nouveaux programmes officiels, il est recommandé de considérer le participe passé d'un verbe à la voix passive comme un adjectif attribut, et de le faire accorder aux élèves en tant que tel (accord avec le sujet).                  Ex 12 : La balle a été rattrapée. [voix passive]                  (accord de rattrapée, avec balle, féminin singulier. Auxiliaire "être") = La balle a été rose.  [voix active]             (accord de l'adjectif attribut du sujet, féminin singulier).

6. Classer les phrases

Je ne reviens pas, ici, sur le classement des phrases. 

Il suffit de se reporter aux séances S14, S15 et S16 de la méthode, et aux vidéos correspondantes.

Elles portent sur : 

  • L'identification de la phrase.
  • Phrase verbale ou non verbale (dont la phrase nominale).
  • Phrases de formes affirmative ou négative.
  • Phrases de types déclaratif, injonctif (ou impératif), interrogatif, exclamatif.
  • Phrase simple ou phrase complexe

Les nouveautés au programme de l'École et du collège


Vidéos des S14, 15, 16




Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    NAKOUL Nabil (jeudi, 05 janvier 2017 11:52)

    MERCI BCP

  • #2

    Katherine Damboise (jeudi, 05 janvier 2017 11:54)

    C'est moi qui vous remercie, Nabil Nakoul ! Le moindre commentaire est un encouragement appréciable !

  • #3

    Isabelle (lundi, 16 janvier 2017 22:16)

    Merci pour ces cours toujours clairs et structurés. Je prépare le CRPE et vos vidéos et leçons m apportent des infomations precieuses tout en abordant la grammaire d une.manière bien plus vivante qu avec un bescherelle

  • #4

    Katherine Damboise (mardi, 17 janvier 2017 12:25)

    Oui, Isabelle. Les vidéos permettent également d'apprendre rapidement, sans avoir à acheter plusieurs ouvrages.
    Je les mets gratuitement à disposition sur ma chaîne YouTube (Katherine Damboise), ne demandant en échange qu'un bref commentaire positif ou négatif. Les retours m'aident à mieux ajuster le contenu des cours.
    A bientôt ! Courage pour vos révisions !

  • #5

    Claudine (lundi, 03 avril 2017 13:24)

    merci Karina pour ces cours très clairs.