31.05.18

La phrase complexe

La phrase complexe. Photographie personnelle, sous copyright.

Pour aller plus loin, après la séance S16

1. Je vous conseille de réviser les bases, très facilement, en utilisant ma méthode de grammaire de la séance 1 à la séance 16. Pour cela, téléchargez le livre 1 (leçons et exercices) et le livre 2 (tableaux pratiques et corrigés des exercices). 

La S16 suffit pour les élèves de primaire.

 

2. Si vous êtes candidats au CRPE ou déjà enseignants, cet article va vous permettre d'aller plus loin. 


3. La phrase complexe (aussi appelée "phrase composée")

  • Comme nous l'avons vu dans la méthode, la première chose à rechercher, dans toute phrase, est le verbe (ou les verbes) conjugué(s). Le nombre de verbes indique, en principe, le nombre de propositions. En second lieu, on recherche le sujet exprimé ou sous-entendu de chacun de ces verbes.
  • A la séance S16, nous avons vu qu'une phrase peut n'avoir qu'une proposition. Dans ce cas, on parle de "phrase simple" et la proposition est dite : proposition indépendante car elle ne dépend d'aucune autre proposition.
  • Si la phrase comprend plusieurs propositions (même si ce sont plusieurs propositions indépendantes), on l'appelle : phrase complexe

A RETENIR :

Dans la phrase simple, une seule proposition, forcément appelée indépendante, donc pas de propositions principales, ni subordonnées !


4. Dans la phrase complexe, les liens entre propositions indépendantes

Tout d'abord, une astuce ! Lorsque une phrase comprend plusieurs propositions indépendantes, comment les reconnaître ? Eh bien, il suffit de séparer ces propositions par des points. Ont-elles alors un sens ? Si oui, ce sont bien des propositions indépendantes car elles se suffisent à elles-mêmes.

Dans une phrase complexe, plusieurs propositions indépendantes peuvent être liées par :

  1. La juxtaposition. On dit que les propositions indépendantes sont juxtaposées. Elles sont liées simplement par la ponctuation : virgule, point-virgule ou deux points (, ; :)
  2. La coordination. On dit que les propositions indépendantes sont coordonnées. Elles sont liées par une conjonction de coordination : mais, ou, et, donc, or, ni, car (bien connus grâce à la fameuse phrase mnémotechnique : "Mais où est donc Ornicar ?"), mais attention : elles peuvent être également liées par un adverbe de liaison (puis, enfin, d'abord, cependant, en effet, alors, aussi lorsqu'il a le même sens que "donc", etc.)

5. Dans la phrase complexe, les liens entre propositions principales et propositions subordonnées

Tout d'abord, une astuce !

Toute proposition subordonnée dépend forcément de la proposition principale. Elle ne peut pas exister seule. Par conséquent, en réduisant la phrase au maximum, on trouve la ou les proposition(s) principale(s), qu'on ne peut pas retirer. 

  • La nature des propositions subordonnées est, en général, déterminée par le mot subordonnant, qui l'introduit.  
  1.  La proposition subordonnée relative est introduite par un pronom relatif (que, dont, qui, à, aux, auxquels, à laquelle, où, quoi, etc.) Ce pronom relatif renvoie à un antécédent, qui est un généralement un nom (ou"noyau" d'un groupe nominal) ou un pronom (ou "noyau" du groupe pronominal).
  2. La proposition subordonnée conjonctive est introduite par une conjonction de subordination (quand, lorsque, puisque, malgré, comme, qui, que, etc.) ou par des locutions conjonctives de subordination (lorsqu'il y a plusieurs mots) : dès que, alors que, si bien que, parce que, en raison de, à cause de, afin de, etc.
  3. La proposition subordonnée interrogative indirecte est introduite par un mot interrogatif (ou une locution interrogative) : quand, où, comment, si, que, ce que, etc. Exemple : "Il me demande où je vais." On remarquera que la phrase est de type déclaratif (pas de point d'interrogation), car c'est la forme du discours qui est indirecte (se reporter à la séance S 58).

Attention : il existe des propositions subordonnées qui ne sont pas introduites par des mots subordonnants. Il s'agit : 

  1. des propositions subordonnées infinitives. Elles ont un verbe à l'infinitif qui a son propre sujet. Exemple : Elles regardent leurs enfants jouer.
  2. des propositions subordonnées participiales. Elles ont un verbe au participe passé ou au participe présent qui a son propre sujet. Exemple : Elles regardent leurs enfants jouant au football.

 

5. Suite...

  • La fonction des propositions subordonnées

1. La proposition subordonnée relative a pour fonction la plus répandue : complément de l'antécédent. Celui-ci est généralement un nom (c'est pourquoi on peut aussi parler de : "complément du nom") ou un pronom. 

Exemple : L'enfant que nous entendons chanter s'appelle Léonard. 

Que nous entendons chanter est une proposition subordonnée relative introduite par le pronom relatif "que". Elle a pour fonction : complément de l'antécédent : enfant (nom commun).


2. La proposition subordonnée conjonctive appelée la "complétive" a pour fonction la plus fréquente "complément d'objet" :  COD ou COI du verbe de la proposition principale.

Exemple 1 : Je veux qu'elle vienne chez moi.

Qu'elle vienne chez moi est une proposition subordonnée conjonctive (car introduite par la conjonction de subordination "que"). Sa fonction est : COD du verbe vouloir. 

On peut donc dire que c'est une "complétive" de fonction COD.

Exemple 2 : Les vaches regardent passer le train.

Passer le train est une proposition subordonnée infinitive qui a son sujet propre (le train). Sa fonction est également COD (du verbe regarder).

Exemple 3 : Tu ignores pourquoi le professeur ne t'interroge pas.

Pourquoi le professeur ne t'interroge pas est une proposition subordonnée interrogative indirecte, introduite par le mot interrogatif "pourquoi". Sa fonction est également COD (du verbe ignorer).


3. La fonction : complément circonstanciel (de temps, de lieu, de cause, de conséquence, etc.)

 

Ce qu'il faut garder en mémoire, c'est que des propositions de différentes natures peuvent remplir cette fonction : des propositions subordonnées conjonctives, et des propositions subordonnées participiales, notamment.

 

Je vous invite à relire l'article que j'ai écrit, concernant les compléments circonstanciels, en cliquant sur le lien suivant.



Télécharger
ORGANIGRAMME PHRASE COMPLEXE Méthode Katherine Damboise Tous droits réservés
Organigramme Phrase simple Phrase comple
Document Adobe Acrobat 119.9 KB