La foire aux questions de grammaire (9)


QUESTION 9 : incise ou incidente ?


Première difficulté de cette consigne : le terme "emphatiser"...

Voici ce qu'en dit la définition du site cnrtl.fr (que je remercie) :





Mon corrigé :

Première réponse à cette consigne double : donner les caractéristiques de la phrase.

- Au niveau pragmatique : on remarque qu'il s'agit de deux phrases, et non d'une seule. On appelle cela "une insertion", ce qui est un cas très particulier de phrase complexe, puisqu'une phrase est insérée dans l'autre. En effet, nous sommes dans l'énonciation du discours (discours direct).

La première partie de la phrase (ou "première phrase") est de type déclaratif ("Tu as fait un croc-en-jambe à ton petit frère par inattention"), de forme affirmative.

La seconde partie de la phrase (ou "seconde phrase") est appelée une incidente (c'est une modalité d'énoncé, propre au discours direct). Elle est de type interrogatif et de forme négative ("n'est-ce pas ?"). 

- Au niveau sémantique : on a un thème et un prédicat (le thème est le sujet "tu", et le prédicat est le reste de la phrase, à l'exception de l'incidente, qui apporte juste de la subjectivité dans le discours, puisque cela met l'accent sur un doute (peut-être le croc-en-jambe a-t-il semblé volontaire, mais ce n'est pas ce que veut penser le locuteur).

- Au niveau syntaxique : phrase verbale, à la voix active. [Dans cette partie, il est inutile de donner la nature ; nous ne sommes pas dans une véritable "analyse grammaticale", mais juste dans la syntaxe de la phrase.]

Tu : pronom personnel, sujet du verbe "as fait" (faire)

as fait : verbe faire au passé composé de l'indicatif.

un croc-en-jambe : COD du verbe "as fait"

à ton petit frère : COS du verbe "as fait"

par inattention : CC de manière 

n'est-ce pas : cette incidente est composée d'un pronom sujet "ce", du verbe "est" (être au présent de l'indicatif) et d'une locution négative (ne... pas". Elle est de forme impersonnelle.


Une incidente

C'est une modalité d'énoncé dans un discours direct ou un discours argumentatif (cela relève donc de la modélisation).

Comme l'incise, elle est une phrase insérée dans une autre (parfois on trouve "proposition incidente" ; cela dépend des grammaires utilisées).

L'incidente introduit le point de vue de l'émetteur (aussi appelé "énonciateur" ou "locuteur").

Exemples : 

1. "Cette pizza – tu en conviendras – est excellente !"
2. "Vous n'êtes pas au courant de cette affaire, j'en ai bien peur."

Une incise

C'est également une modalité du discours, mais une modalité d'énonciation (et non pas "d'énoncé", comme nous l'avons vu pour l'incidente).

Elle est une phrase insérée dans une autre (on l'appelle parfois "proposition incise"), qui sert à préciser qui est l'interlocuteur et comment il s'exprime : elle comporte donc un verbe de parole (déclarer, dire, répliquer, répondre, chuchoter, crier, s'écrier, implorer, protester, jurer, supplier, préciser, s'exclamer, demander, réclamer, etc.).

Comme l'incidente, l'incise se détache du reste de la phrase par des marques de ponctuation.

Exemples :

1. « Cet exercice, s'exclama Olivia, est vraiment simple ! »
2. « Je vous invite tous ! » s'écria son mari.
3. - Pourquoi ? demandas-tu.


Suite de mon corrigé :

 

Pour répondre à la seconde question de la consigne double, et mettre la phrase sous forme emphatique (emphase par extraction), il faut écrire :

"C'est par inattention que tu as fait un croc-en-jambe à ton petit frère, n'est-ce pas ?"

On peut aussi proposer une emphase par dislocation :

"Toi, tu as fait un croc-en-jambe à ton petit frère par inattention, n'est-ce pas ?"

D'autres phrases de forme emphatique sont envisageables pour répondre à la consigne, selon votre imagination. Pensez toutefois à utiliser les mots de la phrase d'origine, sans les modifier.

Faites attention également à la ponctuation !