La foire aux questions de grammaire (12)

QUESTION 12 : concession ou opposition ?


Je vous propose, avant de vous lancer dans l'analyse grammaticale proposée par Alice, de revoir ce qui différencie une proposition subordonnée conjonctive, complément circonstanciel de concession ("une concessive") d'une proposition subordonnée conjonctive, complément circonstanciel d'opposition.

1. Tout d'abord, écartons la proposition relative de concession ("quoi que tu dises, quoi que tu fasses...") : voir le cours et la vidéo sur la PSR, dans la partie "leçons CRPE".

2. Maintenant, essayons de différencier deux propositions subordonnées conjonctives, qui ont pour fonction "complément circonstanciel" (complément "de phrase") :

  • l'une exprime la concession,
  • l'autre exprime l'opposition.

ANALYSE LOGIQUE

Chacun s'est engagé à dire la vérité : proposition principale.

Même s'il  la jugeait pénible : proposition subordonnée conjonctive, introduite par la locution conjonctive "même si".

 

Je me demande :

  • Y'a-t-il deux idées dont l'une devrait empêcher l'autre ? Si oui, c'est une concession.

Exemple : Bien qu'il soit très bavard d'habitude, il se tait. (S'il est très bavard, il ne devrait pas pouvoir se taire...)

  • Y'a-t-il deux idées dont l'une n'empêche pas l'autre, ou ne la contredit pas ? Si oui, c'est une opposition.

Exemple : Elle s'amuse alors que les autres travaillent. (Elle peut très bien s'amuser et les autres travailler...)

 

Dans notre phrase à analyser, si l'on trouve quelque chose de pénible, on ne devrait pas pouvoir l'accomplir... Les idées s'empêchent l'une l'autre : il s'agit d'une concession.

 

"même s'il la jugeait pénible" comporte un verbe conjugué (c'est une proposition subordonnée). La PS est introduite par une locution conjonctive (même si) : il s'agit d'une proposition subordonnée conjonctive.

Comme nous venons de le voir, sa fonction est : complément circonstanciel de concession (c'est "une concessive"). 

On peut aussi ajouter qu'il s'agit d'un complément de phrase (car il n'est pas indispensable).

 

Quelles sont les natures des groupes de mots ou des propositions qui expriment la concession ou l'opposition ?

 

On utilise à peu près les mêmes mots pour les exprimer !

 

Exprimer l'opposition ou la concession dans la phrase simple :

  1. À l’aide d’un nom ou un G.N. prépositionnel introduit par : excepté, sauf, au contraire de, par opposition à, malgré, en dépit de, au lieu de... Exemple : En dépit de son angine, il part courir dans la forêt.
  2. À l’aide d’un groupe infinitif prépositionnel introduit par : au lieu de, sans, loin de... Ex:  Au lieu de pleurer, il se mit à rire !
  3. À l’aide d’un gérondif, souvent précédé de "même" ou de "tout". Ex : Tout en chantant, elle travaillait . 

Exprimer l’opposition ou la concession dans la phrase complexe :

  1. À l’aide de propositions indépendantes juxtaposées, dont la première peut contenir la locution « avoir beau ». Ex : Allan a beau être en forme, il se fatigue.
  2. À l’aide de propositions indépendantes coordonnées par : mais, au contraire, en revanche, cependant, toutefois, néanmoins... Ex : Il est fatigué mais il poursuit son travail jusqu'au bout.

Vos analyses

Mon corrigé