La foire aux questions de grammaire (14)

QUESTION 14 : Comment analyser des phrases "non canoniques" ?

(Tournures impersonnelles ou avec présentatifs et procédés d'emphase)


Petit rappel sur la phrase à présentatif (cliquer sur le texte pour l'agrandir) :

Elliptique* : faisant omission d'un ou plusieurs mot(s) de la phrase, sans que la compréhension n'en soit affectée.

(Source : SCRIBD)


Les dernières instructions officielles recommandent de ne travailler, avec les élèves de cycles 3 et 4, que des phrases "canoniques", en évitant tout travail d'analyse syntaxique sur les phrases atypiques (qui représentent pourtant la majeure partie des phrases produites, notamment à l'oral).

La phrase canonique est la plus "classique" des phrases : un groupe sujet + un groupe verbal, comprenant éventuellement des compléments essentiels ou circonstanciels, ou des attributs du sujet, ou encore des compléments d'agent.

La phrase atypique use (et abuse, parfois) de modalisateurs et de procédés rhétoriques divers.

Il est assez difficile d'analyser une phrase impersonnelle ou une phrase à présentatif. La tournure emphatique pose particulièrement problème. 

Voyons comment nous en sortir (sachant que la grammaire moderne a révolutionné la manière d'analyser ces syntaxes très particulières)...


"Ce dont je me souviens, c'est que ton frère était très grand."

Consigne : faites l'analyse logique de cette phrase.

Votre réponse : 

1. Cette phrase est de forme emphatique. Il s'agit d'un procédé permettant de mettre en exergue un élément ou une partie du discours.

2. Pour analyser cette phrase atypique, et afin de ne pas se contenter d'un "complément du présentatif", nous pouvons revenir à une phrase "canonique".

Je propose : 

"Je me souviens que ton frère était très grand."

1. Je me souviens : proposition principale.

2. que ton frère était très grand : proposition subordonnée.

Je me souviens... DE QUOI ? (Je m'en souviens

"Que ton frère était très grand" est une proposition subordonnée conjonctive complétive, de fonction COI du verbe pronominal "se souvenir".


Petit rappel sur la phrase à tournure / forme impersonnelle :


"Il n'est pas souhaitable que cette histoire soit lue aux enfants."

1. Cette phrase est de forme impersonnelle. Le pronom sujet "il" ne peut pas être remplacé par un autre pronom personnel. "Il" n'est pas le sujet réel du verbe : c'est le "sujet apparent" du verbe "être".

2. Pour faire l'analyse de cette phrase atypique, nous pouvons la transposer en phrase "canonique", en rendant au verbe "être" son sujet réel :

"Que cette histoire soit lue aux enfants n'est pas souhaitable."

1. Que cette histoire soit lue aux enfants : Proposition conjonctive complétive, de fonction sujet du verbe être ("est").

2. Verbe principal : être 

3. ne... pas : locution adverbiale négative

4. souhaitable : attribut du sujet "que cette histoire soit lue aux enfants" (sujet du verbe "est").

Pourquoi cette analyse est-elle surprenante ? 

Eh bien, on ne pense pas qu'une complétive puisse devenir sujet du verbe principal ! Pourtant, cela peut arriver...

Cette analyse n'est évidemment pas à proposer à de jeunes élèves ! Il faut d'abord bien comprendre ce que sont les complétives.