Les figures de style (1)

LES FIGURES DE STYLE (1)


Une figure de style, du latin figura, est un procédé d’expression qui s’écarte de l’usage ordinaire de la langue et donne une expressivité particulière au propos. On parle également de figure de rhétorique ou de figure du discours

Voyons :

A. Les figures de sens et de pensée

B. Les figures de construction

C. Les figures de sonorité

 

NB : Ce cours n'est pas exhaustif mais il suffit pour répondre aux questions du CRPE.

Pour nommer plus précisément certaines figures de style, vous pouvez cliquer sur le bouton, ci-dessous (attention : vous quittez mon site) :


A. Les figures de sens et de pensée

1. la comparaison 

Nous avons un comparé et un comparant, ainsi qu'un terme de comparaison qui peut être :

- une conjonction ou un adverbe : comme, de même que, plus que, ainsi que, moins que...

- un adjectif comparatif : tel, semblable, pareil à, similaire à...

- un verbe : paraître, avoir l’air de, se rapprocher de, sembler, ressembler...

Exemple de comparaison : "La Terre est bleue comme une orange" (Paul Éluard)

2. La métaphore

 

(Exemple de métaphore)

3. La personnification

Elle consiste à évoquer une chose, une idée ou un être non humain sous les traits d'une personne humaine.

Exemple : "Je vis les arbres s'éloigner en agitant leurs bras désespérés" (Marcel Proust)

4. La périphrase

Elle évoque quelque chose sans la nommer vraiment.

Exemple : "C'était l'heure tranquille où les lions vont boire." (Victor Hugo) 

Il s'agit, ici, d'évoquer le soir, sans écrire le mot "soir".

5. L'hyperbole

Elle use de termes excessifs pour insister sur une idée.

Cette amplification peut traduire une émotion forte ou un désir d'ironiser, de faire de l'humour.

Exemple : "Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois" (Jean de la Fontaine)

6. La litote

On se sert d'une expression qui dit moins pour faire entendre plus...

Exemple : dans le Cid de Corneille, quand Chimène dit à Rodrigue : "Va, je ne te hais point", elle veut lui faire entendre qu'elle l'aime toujours.

 

7. L'antiphrase

Une idée est exprimée par son contraire, avec une intention d'ironiser, d'où la nécessité du contexte ou de l'intonation pour bien comprendre.

(Exemple dans la vignette)

 

8. L'antithèse

Elle oppose deux termes, en jouant sur le parallélisme et l'opposition.

Exemple : "Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie" (Louise Labé)

9. L'alliance de mots

Elle rapproche deux mots dont le sens est apparemment inconciliable.

Exemple : "Son beau visage laid sourit tristement." (Daudet)

Ici, l'on constate que l'on a une antithèse (sourire tristement) et également un oxymore (beau visage laid). L'oxymore met en opposition deux termes d'un groupe nominal ou d'une expression.